Carte blanche.

Vous me direz, après une aussi longue absence, c’est plutôt de Page Blanche qu’il faudrait parler !
Il faut dire qu’il s’est passé dans ma vie des choses qui ont été trèèèès intéressantes pour moi, mais beauuuucoup moins pour vous (pêle-mêle : la mutation de LeChéri, les cartons, mon départ de JoliVillage et tous les trucs de dernière minute qui vont avec, la thèse – pas la soutenance, hein ! -, MON ANNIVERSAIRE ( !!!), les visites d’appartement, l’emménagement, Noël…)
Alors après tout ça, quand je me suis retrouvée face à tous ces cartons, dans cet appartement sublime mais qui tenait plus du Tetris que du Parquet-Moulures-Cheminées-WCséparés parisien que j’avais imaginé, je n’ai juste pas pu reprendre le travail. Pas tout de suite. J’ai déballé les cartons, peu à peu. On a même eu le temps de faire un sapin avant Noël, avec LeChéri. Et l’appartement est devenu le nid douillet que j’avais imaginé. Avec son coin bureau pour bosser la thèse (hum hum…). Et son coin salon pour nous reposer après notre journée de travail.
Sauf que…
Sauf que, ben, après près d’un mois d’oisiveté, autant vous dire que se REmettre à la thèse, sérieusement, je veux dire, c’est pas si facile. Et je vous JURE que ne pas travailler : on s’y fait TRES BIEN ! Il y a plein de choses TRES AGREABLES à faire, à Paris, dans la journée (au hasard : le théâtre, les expo, les magasins, les balades, les cafés – avec des #RemplaçantsCesBranleurs qui sont comme moi !…)
Et puis finalement, après plus d’un mois (et après une gastro que je n’oserais même pas qualifier de gastro d’homme tellement c’était au delà de ça…, et après une rhino de femme), je me suis dit que mon système immunitaire commençait sérieusement à pâtir du manque de travail. Et ma banquière m’a appelé pour me dire que mon compte en banque… ben tout pareil que mon système immunitaire, quoi.
J’ai trouvé un remplacement. Exactement ce que je voulais. Une semaine pendant les vacances, dans un cabinet pas-trop-loin-pas-trop-près de chez moi. Le remplacé avait l’air cool. Et sur sa plaque il avait inscrit « Docteur Delaville, Médecine Générale, Adultes – Enfants ». Quand on lit les copains ici ou , on se dit qu’il n’a pas forcément tort… 🙂
Alors certes, les consultations étaient tous les quart-d’heure, et j’ai plus l’habitude de vingt minutes, mais je m’étais dit : « Sur une semaine, de toute façon, tu n’es pas là pour les éduquer. Au pire, si ils sont fâchés parce que tu ne leur as pas prescrit l’antibiotique qu’ils voulaient et qu’ils ne reviennent pas te voir ben… tu t’en fous parce que tu ne seras plus là !! »
(Oui, je sais, ça doit vous paraître désinvolte, mais entre deux désinvoltures, autant choisir la moindre. Si, si. Je vous jure. J’aurais pu aussi penser (enfin, moi, non, mais on aurait pu aussi penser) « Je m’en fous je les reverrai jamais, je les fous sous antibiotiques-puisque-c’est-ce-que-vous-voulez-ça-prend-3-minutes-ça-fera-23-euros-merci ». Quand je vous disais que c’était le moins pire, le mien !)
Bref, c’est pleine de ces « bonnes » résolutions que j’ai commencé ce rempla. Un cabinet propre, plutôt bien situé, apparemment pas d’urgences ou de choses compliquées à gérer. Pépère, quoi. Parfait pour une reprise.
Sauf qu’en fait, ma première patiente (ma TOUTE PREMIERE patiente de ma vie parisienne de médecin généraliste), elle venait pour un renouvellement de sa pilule. Parce que sa gynéco était en vacances et qu’elle était à la fin de sa plaquette. Et qu’elle ne savait pas qu’elle pouvait se faire dépanner. Et qu’elle s’est quasiment excusée de devoir venir, et que SURTOUT SURTOUT elle me PROMETTAIT qu’elle irait voir sa gynéco quand-même parce que son dernier frottis datait de l’an dernier. Et que bon elle avait peur parfois d’oublier sa pilule et que ça la stressait , quelle y avait déjà réfléchi, mais qu’elle savait pas trop quoi prendre d’autre, à part la pilule. Q’on lui avait dit que les autres moyens de contraception n’étaient pas pour elle.
TU LA VOIS, LA, MA BONNE RESOLUTION DU REMPLA PEPERE ??? Je veux dire : TU LA VOIS ENCORE ? Parce que moi je la vois plus…
Tu penses que c’est le hasard qui fait que ma première patiente de ma nouvelle vie est venue me voir, moi, pour me parler de gynéco ?
Mais ici je n’ai qu’un quart-d’heure à lui accorder. Et quinze minutes, c’est trop court pour parler de tout ça. Et puis qu’est-ce que je vais faire ? Dans 5 jours je ne serai plus là. Alors je lui ai dit que si, elle avait le choix. Qu’elle pouvait aller se renseigner , et . Et que le frottis, elle avait le temps. Genre deux ans. Donc que ça lui laissait un an (eh oui, un an, pas six mois l’ordonnance de pilule) pour réfléchir à ce que elle, elle voulait. Mais que ça pouvait être avant, aussi. Quand elle, elle le voudrait. (Bon et j’ai quand-même pris du retard, hein, faut pas se leurrer…).
A JoliVillage, SecrétaireChérie m’aurait bloqué un créneau de 40 minutes la fois suivante, avec cette patiente, et on aurait discuté de tout ça. Et elle aurait pu reprendre RDV, avec moi, pour se faire poser un implant. Ou un DIU. Ou poursuivre la pilule parce qu’elle aurait pesé le pour et le contre et que finalement, elle aurait préféré la pilule malgré tout. Mais en tout cas on aurait pu faire ça.
Et puis, en retard pour en retard, quand ces parents sont arrivés pour leur fille de 8 mois qui « était chaude depuis 2 jours », ben il a bien fallu leur expliquer. Le pourquoi du comment de la fièvre. De l’importance de la prise de la température. De ce qu’il faudrait surveiller. (La fièvre, qui fera d’ailleurs l’objet d’un billet à part. Tellement il y a de choses à dire… #Teasing).
A JoliVillage, je n’en avais plus, des comme ça, avec le temps. Ou si peu.
Et je n’ai jamais eu de nouvelles de cette dame, que j’ai envoyée aux Urgences le soir du réveillon pour une suspicion d’AVC. Tiraillée entre la crainte de passer à côté, et celle de lui pourrir son année débutante.
A JoliVillage, SecrétaireChérie ou DocteurRemplacé m’aurait envoyé un petit texto pour me dire comment elle allait.
Certes, je crois que j’ai un peu expédié la gastro de 15h15 de vendredi. Mais c’est parce que j’avais pris en urgence juste avant une douleur abdominale sur DIU. Qui n’était pas une urgence, la douleur abdo, en fait, après coup. Par contre, son besoin de voir un psychologue, un an après son IVG, ça, était une urgence. Toutes les questions qui n’étaient pas sorties à ce moment-là et qui réapparaissaient au moment des fêtes, des réunions de famille. Parce qu’à 35 ans, elle se dit qu’elle a peut-être fait le mauvais choix. Alors je suis pas psychologue, mais entre Noël et Jour de l’an, j’ai pas fait grand’ chose, mais j’étais là. Un peu par hasard.
A JoliVillage, je l’aurais revue. Peut-être même que j’aurais suivi sa prochaine grossesse.
J’ai été obligée de dire à la dame du laboratoire que j’étais désolée qu’elle se soit déplacée, mais que non je ne recevais pas la visite médicale et que si elle voulait bien rappeler le secrétariat pour prendre rendez-vous avec mon remplacé voilà merci au revoir.
A JoliVillage, les dames des labos savaient que ni le Docteur Remplacé ni moi ne recevions la visite. On se saluait juste poliment quand elles attendaient Docteur Associé dans la salle d’attente.
Je n’ai jamais trouvé le truc avec un petit anneau en plastique pour enlever les bouchons de cérumen des oreilles. Ni la poire. Heureusement je n’ai eu qu’un seul tympan « inaccessible ».
A JoliVillage, c’est comme chez moi (d’ailleurs, vu comment DocteurRemplacé range les choses, et que je re-range derrière lui, c’est EFFECTIVEMENT chez moi !!), je sais où sont les choses.
Je n’avais pas de sérum physiologique quand j’ai vu ce petit avec une bronchiolite débutante. Ca m’aurait aidée de pouvoir comparer son auscultation pulmonaire avant et après lavage de nez. Histoire de ne pas l’envoyer pour rien chez le kiné respi.
A Joli Village, il y avait toujours du sérum phy. Et sinon, la pharmacie était de l’autre côté de la rue.
.
.
Voilà. Je ne dis pas que tout était parfait, à JoliVillage. D’ailleurs, je crois que JoliVillage, ça peut être n’importe où. Je crois que mon JoliVillage, il était joli parce que j’y avais grandi en tant que médecin. Que ses habitants étaient, pour certains, autant mes patients que ceux du DocteurRemplacé.
Je suis contente d’avoir repris le travail, vraiment. Mais je crois qu’être mercenaire, ça n’est pas fait pour moi. Et j’attends le jour où je trouverai un cabinet, remplaçante régulière, collaboratrice ou associée, où j’aurai carte blanche.
Publicités
Cet article, publié dans Médecine, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Carte blanche.

  1. sugar dit :

    Je vous veux comme médecin ! Comme j’aimerais que vous me choisissiez comme patiente 🙂

  2. Ping : Carte blanche. | Jeunes Médecins et M&ea...

  3. Liesse dit :

    Reviens à JoliVillage !!!!! Ça serait la fête ça !!!!

  4. lexo1000 dit :

    Bonjour, je suis comme toi médecin généraliste remplaçante et je crois que nous avons le même sujet de thèse! Moi qui pensais être originale! Je pense que ça pourrait être intéressant que l’on puisse se contacter pour voir comment chacune a abordé le sujet et éventuellement confronter nos travaux dans nos discussions respectives. Comment peut-on se contacter si ça t’intéresse? As-tu accès à mon adresse e-mail? A bientôt peut-être.

  5. Rime dit :

    Bonsoir,
    Je rêve d’une remplaçante aussi passionnée! Je cherche quelqu’un pour me remplacer a pâques, j’ai une super patientele, un associé adorable, du sérum phy, un machin pour enlever du cérumen, des spéculums dont je ne me sers jamais ( pas très douée) et un secrétaire en or!
    Intéressée?

  6. Mimi dit :

    Si tu veux un rempla fixe, une installation, une collaboration…ou juste bosser un peu… Pourquoi pas mon cabinet dans le sud du 78? C’est presque la campagne! Et les remplaçants se font rares! Ce serait avec plaisir si tu me contactes!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s